Carthagène des Indes, les couleurs de la Colombie

Jour 51 : Carthagène des Indes
Réveil à 5h50 : Charlie ne dort plus. Elle a peut-être trop fait de sieste à Barlovento…
Petit déjeuner pris à l’hôtel, nous partons sous une chaleur humide visiter la ville historique qui se compose de trois « quartiers »: le Centro, qui regroupe les plus importants édifices, San Diego plus près de l’eau et plus excentré, et Getsmani où nous logeons, plus authentique et moins envahi de touristes.
La porte del Reloj est le point de départ pour visiter la vieille ville.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Première halte à un marchand de jus de fruits, on en profite pour se désaltérer et prendre une jolie photo « artistique ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

On continue notre balade dans cette jolie ville colorée et joyeuse, les maisons sont plus belles les unes que les autres, avec leurs jolis balcons fleuris. La richesse historique et humaine de la ville est le résultat de la rencontre de plusieurs cultures : les indigènes des Caraïbes colombiennes, les espagnols et les esclaves noirs amenés d’Afrique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

On s’arrête place Santa Domingo pour se poser un peu et jeter un œil à la carte. A 12h30, nous rejoignons le couple d’Allemands, Mathias et Anja que nous avions rencontré à Barlovento, et déjeuner à la Cevicheria, connue pour être les meilleurs ceviches de la ville.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’après-midi, nous faisons un peu de shopping dans les belles boutiques du Centro, puis nous baladons sur les remparts de la ville pour assister au coucher du soleil. Carthagène est contradictoire, en premier plan, une vieille ville avec des édifices centenaires, et en second plan, des buildings à perte de vue dans le quartier moderne de Bocagrande.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

La nuit tombée, les vendeurs ambulants se multiplient de manière exponentielle et l’expression « A la orden » est de plus en plus utilisée. Ce qui nous agace un peu !
Nous rentrons donc tranquillement à l’hôtel, et programmons la suite de notre séjour en Colombie. Après lecture de plusieurs avis négatifs sur internet, nous décidons de ne pas aller à Playa Blanca sur l’Isla Baru, non loin d’ici. Victime de son succès, on y trouve des centaines de personnes qui s’y rendent tous les jours à bord de petites embarcations qui détruisent la faune. Et puis, Charlie souffre beaucoup de la chaleur et de l’humidité. On décide donc d’écourter notre séjour sur la côte Caraïbes et de partir demain après-midi retrouver un peu la fraîcheur en altitude.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jour 52  : Carthagène des Indes 
On part se balader dans notre quartier Getsmani. Ce « barrio » colonial, plus populaire et métissée, est à notre goût bien plus agréable et authentique. On y flânera toute la matinée, à la découverte de jolies places et cafés en terrasse, de murs recouverts de graffitis et marchands ambulants de fruits et légumes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA
Déjeuner à midi à la Mulata, la pêche du jour et de bons fruits de mer, avec les locaux venus déguster le menu du jour.
Vers 15h, nous partons à l’aéroport pour s’envoler vers Medellin. A suivre…

2 réflexions sur “Carthagène des Indes, les couleurs de la Colombie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s