Salento et la vallée de Cocora aux palmiers géants

Jour 57 : Salento
Réveil à 8h, mon mal de dos est toujours là. Nous partons prendre un petit-déjeuner dans une boulangerie. De délicieux donuts « de la casa » fourrés à l’arequipe, et un jus de fruit sur la place centrale. On se balade dans les rues. Salento ressemble un peu à Jardín, en moins mignon et plus touristique, mais tout l’intérêt ici réside dans les alentours, les fincas de café, et surtout la vallée de Cocora.

thumb_pc043524_1024thumb_pc053558_1024

L’après-midi, repos pour tout le monde, surtout pour moi. Cris et Charlie partent, quant à elles, faire des petits tours en mini-jeep. C’est l’attraction préférée de Charlie, une personne pousse une petite voiture autour de la place avec des enfants à l’intérieur, elle adore !

thumb_pc043517_1024thumb_pc043547_1024

Le soir, nous partons dîner au restaurant Doña Laurita et croisons le couple de Suisses qui étaient avec nous à Barlovento. Ici, la spécialité de la région c’est la truite, cuisinée de différentes façons. Nous  passerons une très bonne soirée en leur compagnie, à parler voyages et modes de vie.

Jour 58 : Salento et finca de café
Réveil matinal encore aujourd’hui mais nous décidons de traîner un peu au lit. C’est tellement rare ! Et puis surtout, cela permet à mon dos de se reposer un peu.
Un petit tour de voiture s’impose pour Charlie. Ça lui fait tellement plaisir : « Papa, Maman c’est Lalie qui conduit » nous dit-elle tout le long.

thumb_pc053585_1024

L’après-midi nous partons visiter la finca de café « El Ocaso » à 5km du village, dans un environnement verdoyant.
Un guide nous y explique les différentes étapes du café : la récolte, l’extraction de la graine, l’analyse des grains pour les catégoriser, jusqu’à la toréfaction.

thumb_pc063788_1024thumb_pc063784_1024

Les graines de café sont renfermées dans une sorte de fruit rouge ou jaune, un peu comme des tomates cerises, en plus durs. Dans un premier temps, ces fruits sont récoltés à la main. Le kg ramassé rapporte 500 pesos (environ 15 cts), autrement dit, pas grand chose au vu du travail laborieux.

thumb_pc063814_1024

Ces petits fruits sont ensuite disposés dans une machine qui retire la graine du fruit. Les graines de cafés sont ensuite envoyées dans une entreprise locale qui retire la fine pellicule disposée sur le grain. Ils sont analysés et réparties en catégorie de 1 à 3. Les meilleurs grains sont exclusivement pour l’export. La Colombie n’a alors pour le marché local que des grains de moins bonne qualité. Le bon café colombien est donc plutôt chez Carrefour qu’à Bogotá.

thumb_pc063824_1024thumb_pc063826_1024

Notre guide, nous propose finalement une petite dégustation des meilleurs grains. On trouve le café plutôt moyen, notre palais étant habitué au fameux Nespresso, certainement moins bon.

thumb_pc063833_1024thumb_pc063850_1024thumb_pc063855_1024

Nous rentrons conquis de cet après-midi découverte !

Jour 59 : Vallée de Cocora
Il est 7h30, à bord d’une Jeep américaine « Willy’s » des années 50 et sous un soleil radieux, nous partons vers la vallée de Cocora, endroit connu pour ses palmiers géants, qui peuvent atteindre jusqu’à 60m de haut. Sur place, nous commençons la randonnée de quelques kilomètres au milieu des palmiers. Il fait un temps magnifique, ce qui est rare dans la vallée. Peu de temps après, nous sommes récompensés par nos efforts, le spectacle est grandiose, des palmiers à perte de vue qui se dressent majestueusement devant nous et des collines avec des tons de verts différents. Nous prenons photo sur photo, tellement sous le charme de ces palmiers géants.

thumb_pc063741_1024thumb_pc063628_1024thumb_pc063624_1024

Plusieurs vaches, imperturbables, nous regardent d’ailleurs en ruminant.

thumb_pc063767_1024
thumb_pc063690_1024thumb_pc063725_1024

Après plusieurs heures de marche, nous décidons de redescendre vers le village et nous nous arrêtons au passage prendre un jus de lulo et de mangue.
Nous prenons le Willy’s du retour avec des Français sympathiques, qui nous donnent quelques tuyaux sur le Costa Rica.
Ils nous accompagnent d’ailleurs déjeuner au restaurant « El rincon de Lucia », très bon et vraiment donné niveau prix.

thumb_pc063780_1024

Jour 60 : Bogotá, le retour !
Réveillés à 6h30, nous partons prendre un bus direction Pereira et son aéroport. Les différents derniers trajets de bus ont été assez fatiguant ces derniers jours, nous ferons donc notre retour sur la capitale en avion cette fois.
Nous arrivons à Bogota à 12h, direction l’Explora Hostel dans le quartier de la Candelaria.
Nous déjeunons au restaurant Quinua y Amaranto, pas fameux, comme quoi le Lonely Planet n’a pas que de bonnes adresses.
L’après-midi, nous nous baladons dans le quartier, que nous avons l’impression de déjà connaître. En fin de journée nous allons chez Nicole, l’Americaine de Barlovento, qui habite avec son mari Maurizio dans la Candelaria. Elle a récupéré notre guide Lonely Planet, perdu il y a plusieurs jours.
Le soir Charlie s’endort rapidement, et Cris va nous chercher deux beaux sandwichs juste à côté de l’hôtel, et nous commençons à faire notre petite vidéo sur la Colombie qui s’annonce riche en séquences.

Jour 61 : Bye Bye Colombia
Réveil à 8h, nous nous baladons sous un soleil de plomb dans les rues de la Candelaria, et y faisons quelques emplettes. Nous partons en fin de matinée dans la Zona Rosa, réputée familiale et agréable, avec des restaurants tendances. On a rendez-vous avec Pierre pour un déjeuner et un « au revoir ». On se régale chez Canasto, et puis ça fait plaisir de voir Pierre une dernière fois, accompagné de son ami marseillais expat très sympa !
Nous rentrons à l’hôtel nous coucher tôt, demain le réveil sonnera à 4h45, nous avons notre vol pour le Costa Rica, où nous rejoindrons Carmen et Marc.

Nous repartons de Colombie totalement conquis : des paysages magnifiques et variés, des gens aimables, qui n’hésitent pas à aider, une nourriture vraiment au-dessus de la moyenne en Amérique Latine, un artisanat somptueux, et enfin un pays très abordable qui a fait respirer notre portefeuille… Seuls bémols lorsque l’on voyage en famille, l’humidité extrême de la côte Caraïbe, et l’accessibilité, avec des trajets parfois très longs. Nous y reviendrons c’est sûr, car il nous manque encore beaucoup d’endroits à découvrir.

thumb_pc073890_1024

2 réflexions sur “Salento et la vallée de Cocora aux palmiers géants

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s